Notre engagement
écouter plutôt qu’entendre

Etre heureux au travail : Oui ça compte !

Pendant des années, l’opinion générale considérait qu’il n’était pas utile d’être heureux à son travail pour réussir. Et même plus : ne pas avoir de liens avec les autres collaborateurs ainsi qu’avec son entreprise n’était pas un problème.

C’est tout simplement faux.

 

 

En effet, une étude réalisée par des neuro-scientifiques tels que Richard Davidson et Vilayanur S. Ramachandran a démontré et amené un constat simple « les gens heureux font de meilleurs travailleurs ». Mais, selon un rapport Gallup, seulement un tiers des salariés américains se sentent vraiment engagés dans leur travail et dans leur entreprise. Voire pire, ce même rapport indique que 1/5 des salariés seraient complètement désengagés de leur travail, c’est à dire au point de semer la discorde dans leur équipe, étant souvent absents ou n’en ayant simplement rien à faire de leur travail.

Un constat alarmant !

 

Bien entendu, les collaborateurs désengagés et malheureux non-seulement n’apportent pas beaucoup de valeur ajoutée, mais ils entraînent également souvent d’autres collaborateurs sur cette même voie ce qui a un impact très négatif sur l’entreprise et son économie générale.

 

Voilà pourquoi il devient indispensable d’être heureux au travail.

 

Les émotions et leur impact

 

C’est universel, qu’on le veuille ou non, lorsque l’on a mal quelque part, une migraine par exemple, il devient difficile de penser ou de se concentrer sur autre chose. Il en va de même pour nos émotions. Lorsque quelque chose de négatif s’installe dans notre esprit, il est presque impossible de penser à autre chose. Et le travail n’est pas une exception : lorsque vous travaillez avec des personnes que vous n’appréciez pas ou encore que vous faîtes un travail qui ne vous intéresse pas,  vous vous laissez aisément aller à être malheureux, énervé, irritable, et donc êtes contre-productif.

Le professeur Annie McKee et son équipe de spécialiste du Teleos Leadership Institute ont mené des études afin de comprendre ce dont les travailleurs avaient besoins pour être heureux au travail et pour s’engager dans leur métier. Après avoir étudié un bon nombre d’entreprises et de travailleurs, ils en sont arrivés à la conclusion que, contrairement aux apparences, les désirs et les besoins des travailleurs sont très similaires et ce quel que soit le domaine dans lequel ils travaillent.

 

Les conditions de l’investissement des collaborateurs

Il est ressorti que 3 conditions sont nécessaires aux collaborateurs afin d’être heureux et impliqués dans leur travail :

  • Avoir une vision claire et à long terme de l’avenir :  En effet, la plupart des salariés qui ont participés à l’étude n’ont pas une vision définie de leur rôle et de leur possible évolution de carrière. C’est un problème pour une grande partie d’entre eux car ils ne se sentent pas impliqués dans le futur de l’entreprise et se désengagent progressivement.

 

  • Une raison d’être :  Autrement dit, le sentiment que le travail que le collaborateur effectue sert à l’entreprise et à son devenir. Mais aussi que sa présence compte pour les autres comme son manager ou ses collègues de travail, sinon il ne se sentira pas investi dans son travail.
  • Ce qui nous amène à la troisième raison qui est d’avoir de bonnes relations : Dans la plupart des cas, lorsqu’un salarié quitte une entreprise, c’est à cause d’une mauvaise entente avec son patron ou encore avec ses collègues. Les travailleurs s’accordent à dire que des relations fortes de confiance et de soutiens avec leurs collègues impactent directement leur bien-être au travail et par extension leur implication dans l’entreprise.

 

Voilà donc qui met un terme aux croyances dépassées, les émotions comptent beaucoup au travail, le bonheur est vital pour les travailleurs si l’on souhaite qu’ils réalisent un travail de qualité et restent dans l’entreprise. Et c’est à chacun d’y participer : aux salariés de bâtir de belles relations avec leurs collègues, et aux managers de créer un environnement où les gens peuvent s’épanouir.

 

Ce sujet vous intéresse ? Découvrez nos articles sur le QVT et le bien-être au travail :

Sources : HBR France, UPW

<< Retour