Notre engagement
écouter plutôt qu’entendre

Management : Quelle place pour le digital ?

A l’ère du digital, les collaborateurs doivent s’adapter :  salariés et  managers doivent savoir changer et faire évoluer leurs compétences ainsi que leur façon de les mettre en pratique.

« Environ 30 % des compétences des collaborateurs deviennent obsolètes tous les 4 ans. ». Et ce chiffre augmente constamment dû aux nouvelles arrivées technologiques, explique Lydie Lacroix, experte RH chez Parlons RH. Les collaborateurs et les managers devront alors suivre des formations en continu afin de répondre aux nouveaux besoins des entreprises mais aussi pour acquérir les nouvelles compétences nécessaires au maintien de leur employabilité.

Ces évolutions amènent une autre forme de compétence qui, avec les transformations digitales, deviennent capitales : les soft skills. En effet, ces compétences émotionnelles et cognitives sont un vecteur de sociabilité et de collaboration positive qui amènent une nouvelle forme d’organisation des collaborateurs dans des entreprises dites « digitales », en mettant en relation directe les collaborateurs et les managers afin qu’ils travaillent ensemble et soient source d’innovation.

La position des leaders prend donc une toute autre dimension : ils doivent former des collaborations avec les bonnes personnes. Leur rôle est de moins en moins dans le contrôle des collaborateurs mais plus dans une logique d’influence. Les collaborateurs sont plus autonomes et travaillent en groupes de travail, plus éloignés des dirigeants et plus proches des managers.

Magnulteam vous présente 3 outils amenés par la transformation digitale et qui ont permis aux méthodes de management d’évoluer :

  • Les Analytics : Ils permettent aux entreprises de diffuser un grand nombre de données et du « benchmark » au travers d’un cloud d’entreprise. Toute l’entreprise, quelles que soient l’expertise de ses collaborateurs, peut donc disposer d’une compréhension des enjeux génériques ou de points de données qui ne concernent qu’un petit groupe d’individus. Ainsi dans les organisations digitales, les données, présentées sous forme de tableaux de bord visuels – les « Dashboard » – structurent largement la culture d’entreprise et permettent de savoir s’il faut ou non augmenter l’
  • Les messageries instantanées: Au-delà d’être instantanées, elles permettent de classer par thématique les échanges d’informations et d’avoir un historique clair de ces derniers. Ainsi un nouveau venu sur un projet pourrait en comprendre toute l’étendue et la complexité en quelques heures. Cet outil est maintenant utilisé aussi bien par le directeur général que par le nouveau stagiaire.
  • Les outils de partage de projet : Qu’il s’agisse d’entreprises qui conçoivent des réacteurs d’avion ou qui créent des sites web pour des distributeurs, le cloud a permis de généraliser des outils disposant d’un niveau de collaboration et de transparence comme jamais auparavant.

Mais, pour que ces outils apportent réellement un nouvel essor au management, il est préférable que l’entreprise change son fonctionnement : en effet, il faut qu’elle s’organise autour d’un mode projet, en d’autres termes que les outils précédemment cités se substituent à la hiérarchie. Il y aurait alors toujours un contrôle hiérarchique mais ce dernier serait moins visible et ne se ferait plus par l’intermédiaire des logiciels de collaboration.

Comme le résume Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, le rôle du manager est davantage « de résoudre les problèmes qui ne peuvent plus être résolus par les équipes projet et de maîtriser la stratégie à long terme ».

Sources : Parlons RH, HBR

<< Retour