Notre engagement
écouter plutôt qu’entendre

A quoi ressemblent les nouveaux espaces de travail ?

Pour qu’une entreprise optimise sa rentabilité, la QVT (Qualité de Vie au Travail) perçue par ses salariés doit prendre en compte l’environnement de travail dans lequel ils évoluent. C’est dans ce cadre là que le cabinet de conseil Greenworking a réalisé l’étude : Le bureau de demain : les 7 tendances qui vont révolutionner l’environnement de travail, de l’avènement du Flex Office 2.0 au développement du Slow Workplace.

 

Magnulteam vous présente les 7 tendances tirées de cette étude :

 

  • Le Flex Office 2.0 : A mi-chemin entre l’open space et le bureau individuel, cet environnement de travail collaboratif est constitué de différents espaces de toute taille aux usages spécifiques. Ainsi, les collaborateurs travaillant en Flex Office 2.0 pourront chaque jour choisir leur poste de travail en fonction de leur besoin et envie (rendez-vous, réunion, concentration, brainstorming, téléphone, créativité, visioconférence, temps de management…).

    Combiné avec l’activity-based working, le nombre de types d’espace de travail a explosé, passant de 3 à 12 en moyenne.

 

  • Sweet Office : Dans une logique d’optimisation de l’expérience collaborateur, et plus globalement de marque employeur, le bureau semble être à l’ère du blurring en rompant peu à peu la frontière entre privé et professionnel : cheminées, cuisines, végétaux, décoration ou encore salles à ambiance… la tendance est à la création d’atmosphères plus authentiques, personnalisées et inspirantes.

 

  • Slow Workplace : Pour répondre à un besoin croissant de calme et de concentration, lié à l’éruption des open space il y a quelques années, la tendance est également à des bureaux « zen » et « détendus ».

 

  • Les entreprises « sans murs» : Le tiers-lieu est de plus en plus propulsé au-devant de la scène avec les télécentres, micro-working, espaces de coworking, de co-meeting, espaces hybrides et bureaux mutualisés.

 

Zoom sur les tiers-lieux avec cette infographie de Bap – Bureaux à partager :

  • Les bureaux « comme les villes » : Malgré de plus en plus de technologies facilitant le travail à distance, certains échanges nécessitent encore une interaction directe et face à face, notamment lorsqu’il s’agit de faire passer des émotions pour convaincre, influencer, ou encore obtenir la confiance de son interlocuteur. En opposition la distance induit inconsciemment de la neutralité, voire de la froideur. Cela explique la tendance liée au sentiment d’appartenance de l’entreprise au travers de ses bureaux : ils doivent être un lieu de rencontres et d’échanges sur le modèle des villes, vecteur de rencontres autant étonnantes qu’inspirantes.

 

  • Conceptions participatives : La dernière tendance est liée à la collaboration : ce n’est plus l’architecte qui théorise le lieu mais les collaborateurs qui co-dirigent les travaux.

 

Qu’en est-il du travail en remote ?

Illustrations par James Chapman.

Selon une étude de Bearing Point, 50% de la population active devrait être concernée par le télétravail d’ici à 2020.

Cependant, il ne peut être envisagé sans accompagnement : qu’il soit partiel ou total, il incombe à la DSI de veiller au bon équipement, notamment numérique, des collaborateurs à leur domicile ou autre tiers-lieu (device, connexion, software, sécurisation…).

Lire notre article « Ordonnances Macron et télétravail : Où en est-on ?« .

Avantages :

  • Recrutement de talents sans barrière de proximité
  • Moins de bruits environnants
  • Plus grande flexibilité sur l’organisation de son planning

Inconvénients :

  • Moins de fédération autour d’une culture d’entreprise
  • Moins de créativité dû à moins d’échanges

Quelques outils facilitant le travail en remote :

Hipchat : Pour créer des chat rooms en fonction des différents besoins des collaborateurs.

Sqwigle : Pour créer des visioconférences à plusieurs en créant des discussions privées ou publiques lors de la visioconférence.

Hackpad : Pour travailler et collaborer sur des documents communs.

Trello : Pour manager plus facilement avec notamment gestion des tâches optimisée.

Slack : Pour communiquer de manière instantanée en intégrant les collaborateurs en fonction du projet.

Atolia : Permet de tout faire en un (messagerie instantanée, visioconférence, gestion de projets et agenda).

 

En conclusion, l’environnement de travail dans lequel évolue les collaborateurs a un impact certain sur leur QVT et leur productivité : le tout est de proposer des espaces et des solutions en cohérence avec leurs missions et leurs besoins.

Ils sont donc un nouveau défi pour l’entreprise !

Découvrez nos articles complémentaires sur l’expérience collaborateur et la QVT ici.

Source : myhappyjob.fr, Parlons RH, changethework.com

<< Retour