Notre engagement
écouter plutôt qu’entendre

Ordonnance Macron : Et si vous prêtiez vos salariés ?

La santé financière de votre entreprise connait des coups durs, mais vous ne souhaitez pas licencier ? Avez-vous pensé au prêt de salariés ?

Sous la forme du volontariat, envoyer un collaborateur en mission dans une autre entreprise peut être un réel avantage à la fois pour les entreprises et pour les salariés pour plusieurs raisons que Magnulteam va vous présenter ici.

Dans une logique similaire à celle du management Agile, le prêt de collaborateurs permet aux entreprises de garder un niveau de compétitivité dans un environnement en perpétuelle transformation. En effet, découvrir de nouveaux environnements permettra aux collaborateurs d’ouvrir ses horizons à de nouvelles méthodes de travail, et ainsi de développer de nouvelles compétences.

En plus d’améliorer la compétitivité de votre entreprise, le prêt de salariés vous permettra, par effet boule de neige, d’améliorer votre marque employeur : le collaborateur qui aura l’opportunité de diversifier ses expériences de manière autonome, sera un collaborateur épanoui et fidélisé à coup sûr !

Bien sûr prêter ses salariés comporte également des risques notamment liés au débauchage ou encore à la réintégration.

C’est pourquoi la loi française encadre et impose certaines règles :

  • La loi Cherpion de 2011 encadre le prêt de main d’œuvre à but non lucratif.
  • Une convention de mise à disposition entre l’entreprise prêteuse et receveuse doit être conclue et doit stipuler notamment la durée du prêt, l’identité et la qualification du salarié prêté, le mode de calcul du salaire, des charges sociales et des frais professionnels facturés.

Conseil : Pensez à la possibilité ou non ne mettre un terme anticipé à la mission, et surtout à insérer dans la convention des clauses de confidentialité et de non-débauchage !

  • Depuis le 1er janvier 2018, l’ordonnance Macron permet la sousfacturation : autrement dit, les grandes entreprises (minimum 5 000 salariés) peuvent aider les startups (maximum 8 années d’existence et maximum 250 salariés) à se développer autrement qu’avec le mécénat de compétences.

QUID des droits du salarié ?

L’ensemble du processus est facilité et sécurisé par le digital qui permet la mise en relation entre entreprises prêteuses et receveuses au travers d’un certain nombre de plateformes telles que Mobiliwork, Masolutionemploi, Crafty, Apitalent, OscaRh, Flexojob

Alors ne prévoyez pas tout de suite un plan de licenciement économique, il existe de plus en plus de solutions alternatives à tous types de problèmes internes, et Magnulteam vous les présente régulièrement.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour ne pas manquer nos articles : Linked In, Twitter, Facebook.

Sources : Exclusive RH, France TV Info, Le Point

<< Retour